mardi 22 mars 2022

Guadeloupe : Akiyo en désaccord avec la décision des autorités

Dans un communiqué de presse, le groupe Akiyo a informé être en désaccord avec la décision des autorités en Guadeloupe d'interdire les déboulés de la Mi-Carême.

Guadeloupe : Akiyo en désaccord avec la décision des autorités

« nous n’acceptons pas votre décision et nous manifesterons notre désaccord le jeudi 24 mars dans les rues »

Dans un communiqué de presse, le groupe Akiyo a informé être en désaccord avec la décision des autorités en Guadeloupe d'interdire les déboulés de la Mi-Carême. Le groupe a indiqué qu'ils allaient manifester ce désaccord le jeudi 24 mars 2022 à partir de 16 heures dans les rues des Abymes et de Pointe-à-Pitre.

Lors d’une réunion en visio, lundi soir, les autorités en Guadeloupe ont pris la décision d’interdire les défilés prévus à l’occasion de la mi-carême du jeudi 24 mars 2022 en raison de la situation sanitaire liée à la covid-19.

Dans un communiqué de presse, le groupe Akiyo a indiqué être en désaccord avec cette décision et le montrera, ce jeudi à 16 heures en défilant dans les rues des Abymes et de Pointe-à-Pitre pour « le respect de notre culture et de notre identité, pour le respect de nos libertés individuelles et en soutien à l’ensemble des soignants et travailleurs suspendus suite à l’obligation vaccinale ».

Vos services ont pris la décision d’interdire les déboulés de la mi-carême. Cette décision nous paraît peu compréhensible. En effet, en février 2022, nous avons eu des déboulés alors que la Guadeloupe avait un taux d’incidence de 1369.6/100 000 et un taux de positivité de 17.2% et de 13 patients en réanimation (source Facebook ARS) et qu’aujourd’hui nous avons un taux d’incidence de 955/100 000 taux de positivité à 14.1% et 11 personnes réanimation en baisse par rapport à la semaine précédente…

De plus, vous semblez vouloir faire payer à la population Guadeloupéenne et plus particulièrement aux carnavaliers les agissements de quelques-uns suite aux incidents du mercredi des cendres. Cela est inacceptable pour nous car les problèmes de violences en Guadeloupe sont le reflet de votre incapacité à les résoudre et de votre inaction face aux problèmes sociétaux que connaît notre île. Encore une fois c’est notre culture et notre identité que vous cherchez à museler par vos agissements…

Source : ZayActu